Confinement : la presse régionale ne lâche pas l’information

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

Dans le cadre de la crise sanitaire, les médias des Hauts-de-France se réorganisent. Des plateaux en visioconférence aux réductions de pagination en passant par la suspension d’édition ou le télétravail. Tour d’horizon.

France 3 Hauts-de-France a décidé de limiter les déplacements de ses journalistes sur le terrain et le nombre de personnes présentes dans les rédactions. "France 3 Picardie et France 3 Nord-Pas-de-Calais travaillent ensemble à une édition commune aux cinq départements des Hauts-de-France, deux fois par jour, à midi pile et 19h, explique la chaîne de télévision. Les deux rédactions alternent la fabrication, une semaine sur deux. Les émissions hors actualité ne sont plus programmées."

De son côté, France Bleu Nord a choisi le télétravail de ses journalistes. Les informations en journée sont présentées une semaine sur deux par la station de France Bleu Picardie. "Pour continuer à assurer la continuité du service public d’information et tout en respectant les règles de confinement dictées par le gouvernement, les journalistes doivent rester à la maison et l’organisation a été revue, indique France Bleue Nord. Chaque matin, la conférence de rédaction où les journalistes choisissent les sujets à traiter dans la journée, se déroule non pas dans une salle mais par visioconférence."

Des plateaux en visioconférence

Cécile Bidaut, journaliste à France Bleu Nord, a mis cette vidéo en ligne pour expliquer son quotidien en télétravail. "Nous avons une autorisation de déplacement professionnel pour nous rendre à la station pour notamment présenter des journaux", explique la journaliste. Concernant les journaux gratuits, tels que 20 minutes Lille (dont les journalistes travaillent sur l’édition web) ou encore le magazine culturel Sortir, ceux-ci ont suspendu leur diffusion papier.

Pour sa part, la chaîne Wéo bouleverse aussi ses programmes pour s’adapter à la crise sanitaire. Ses locaux sont quasi vide et les salariés sont également en télétravail. "Nos émissions en extérieur sont toutes supprimées, explique Pauline Plateaux. Nos journalistes réalisent leur plateau à domicile avec des invités en visioconférence qui sont ensuite diffusés sur la chaîne." Concernant la réalisation des reportages pour TF1, la chaîne continue le terrain mais "avec toutes les mesures sanitaires adéquats."

Des éditions papier réduites

Du côté de La Voix du Nord, les éditions locales sont réduites au profit d’éditions par secteur regroupant plusieurs locales. Quant à l’hebdomadaire La Voix des Sports, celui-ci est suspendu faute d’actualités sportives.

Le magazine économique régional Eco 121 a lui totalement bouleversé son numéro d’avril de ses 10 ans avec un dossier spécial de 14 pages. "Nous le mettrons gratuitement à disposition en PDF sur Internet probablement mercredi", fait savoir Olivier Ducuing, directeur de la rédaction.

Le coronavirus prend le relais

Chez Liberté Hebdo, l’hebdomadaire est en kiosque et toute l’équipe est en télétravail, hormis son rédacteur en chef. "Nos conférences de rédaction se font en visioconférence, explique Philippe Allienne. Nous avons réussi à garder nos 20 pages. La page Actualité a été cassée aux profits de témoignages sur les services publics et les pages Culture sont dédiées aux livres et à des textes de l’écrivain Jérôme Leroy. Le site Internet est lui utilisé pour les informations essentielles d’actualité."

Le journal en ligne nordiste DailyNord s’est lui aussi adapté. La séquence des municipales qui les occupait grandement depuis des semaines s’est "brutalement interrompue" : "Avec le confinement, les sujets autour du Coronavirus prennent désormais le relais, dans la mesure de nos possibilités et des restrictions sanitaires nécessaires. Le temps que ça durera", indique Nicolas Montard, co-fondateur de DailyNord.

Enfin, sachez que l’hebdomadaires d’actualité La Croix du Nord maintient sa parution papier hebdomadaire. Idem pour L’Observateur dont une partie de ses salariés sera mis en chômage partiel.

M.P


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche son, sa chargé.e de communication pour un contrat à durée déterminée (temps partiel) à pourvoir immédiatement.