Covid-19 : la presse américaine en grande difficulté

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

Les quotidiens américains multiplient les licenciements du fait de l’effondrement du marché publicitaire. A l’image de la crise de 2008, des titres pourrait mettre la clé sous la porte. Les « déserts d’information » se multiplient dans le pays.

Victimes de l’effondrement du marché publicitaire, les quotidiens américains multiplient les licenciements, victime d’importantes baisses de recettes publicitaires (de l’ordre de - 20 à - 30 % ces dernières semaines, par rapport au même moment l’an dernier).

Les grands groupes de presse locaux (McClatchy, Gannett...) et certains titres nationaux ont mis en place des plans de départ et des coupes budgétaires, tandis que certains petits médias (Shepherd Express dans le Wisconsin, le Pittsburgh Current en Pennsylvanie...) ont décidé de suspendre toute opération d’impression pour se consacrer au Web.

Baisse des revenus publicitaires

« Dans le court terme, tous les journaux, petits ou grands, vont être touchés par la baisse des revenus publicitaires. La crise de 2008 avait entraîné la fermeture de nombreux titres. Si celle de 2020 se prolonge, on verra la même chose », analyse Penelope Abernathy, professeur à l’University of North Carolina et spécialiste du secteur des médias.

Le Covid-19 s’est abattu sur un secteur déjà bien mal en point à cause de la concurrence du numérique et de la mainmise croissante de Facebook et Google sur le marché publicitaire. Le nombre d’employés dans les journaux a chuté en dix ans, et la presse locale et régionale a été particulièrement touchée. Ces quinze dernières années, 2 100 communes américaines ont ainsi perdu au moins un journal. Selon l’institut Brookings, la moitié des comtés ayant enregistré au moins un cas de Covid-19 au 6 avril étaient des « déserts d’information » (sans journal local ou avec un seul).

M.P


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE