Découvrez le coworking à travers un documentaire nordiste en avant-première

Les réalisatrices Claire Jeandroz et Carine Mandere (adhérentes du Club de la presse) ont souhaité témoigner du co-working, cette nouvelle conception du travail en espace de travail partagé, à travers leur documentaire « Travailler en micro-osmose ». Les occupants de ces lieux souvent autogérés sont travailleurs indépendants jeunes, motivés, actifs, inventifs et peu sensibles au discours de crise ambiant. Une projection en avant-première du film aura lieu le lundi 30 novembre 2015 à 20h00 au Cinéma l’Univers à Lille.


- D’où est venue l’idée de faire un documentaire sur le coworking et pourquoi avoir choisi d’explorer l’univers du co-working ?

Nous réalisons le documentaire à 2 avec Claire Jeandroz, salariée indépendante au sein d’une association de production audiovisuelle qui ne possède pas de local. Pour ne pas travailler seule chez elle, Claire loue un bureau nomade au sein d’un espace de coworking lillois qui s’appelle la Coroutine. Cet endroit est en fait bien + qu’un simple espace de bureaux partagés, il s’agit d’un tiers-lieu où de nombreuses personnes indépendantes, des free-lances, mais aussi des télétravailleurs, des étudiants et même des retraités peuvent s’inscrire et contribuer à animer l’espace. Ces lieux se développent en France depuis quelques années sur un modèle d’économie collaborative et permettent aux travailleurs et aux citoyens de se rencontrer, d’échanger, de collaborer ensemble sur des projets.

- De quels moyens techniques disposez-vous ? Quel est le modèle économique de ce projet ?

Pour réaliser le documentaire, nous avons choisi une production associative locale. La Fabrique est une association de loi 1901 lilloise qui produit des courts-métrages et des documentaires. C’est une première expérience de réalisation de film documentaire à la fois pour Claire Jeandroz et pour moi. Le projet a obtenu une bourse attribuée par le comité de lecture du fonds associatif géré par PICTANOVO en avril de cette année. Nous avons ainsi pu financer le tournage avec du matériel professionnel de qualité et rémunérer les deux techniciens professionnels nous accompagnant (le preneur de son et le caméraman qui sont originaires de la région et ont été formés dans des écoles du Nord Pas de Calais). Pour compléter le budget et notamment toute la partie post-production (le montage du film, le mixage du son et l’étalonnage des images), nous avons entrepris une démarche de financement participatif plus connu par crowdfunding via une plateforme également locale et bénévole et espérons obtenir 2500 euros en supplément. Nous ne disposons donc pas d’énormes moyens pour ce documentaire et avons beaucoup contribué (la production, et nous comme porteuses de projet) au développement de ce film par nos propres énergies collaboratives et bénévoles

- Que souhaitez-vous raconter dans ce documentaire ? Qui va participer ?

Nous voulons, par ce film, présenter des indépendants qui osent entreprendre. Ils suivent leurs envies avec enthousiasme et liberté et croient en leur capacité de réalisation professionnelle et d’épanouissement personnel. Pour y arriver, ils se réunissent dans des lieux propices à l’entraide, aux échanges d’informations, de réseaux, de savoir-faire en mutualisant des biens. Ils partagent le loyer du local et des bureaux et mettent aussi à disposition leurs écrans d’ordinateurs, leurs livres, leur vaisselle ou leur instrument de musique parfois. Ces tiers-lieux sont des endroits animés et vivants : on y joue de la musique, on organise des débats, on propose des ateliers de toutes sortes…. Et à côté, certains travaillent ! Nous avons principalement filmé 5 personnes tout au long de leur journée de travail dans 3 lieux lillois : l’Usine Bis qui regroupe des artistes et des artisans, la Coroutine et le Mutualab. Nous avons demandé à ces travailleurs pourquoi ils aimaient ces endroits, s’ils pensaient bien gagner leur vie, s’ils étaient heureux dans leur activité et s’ils considéraient qu’existait un peu de militantisme dans leur façon de vivre et de travailler.


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour la rentrée pour une période de deux mois un.e stagiaire en communication


MISSION COMMUNICATION
Rédaction de communiqué et dossier de presse
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des conférences de presse
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux
Participation à l’organisation des événements et expositions