Des responsables de médias dressent un premier bilan du confinement

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

A l’occasion d’un webinaire intitulé « Comment la presse prépare sa sortie de crise », des responsables de médias sont revenus sur la période de confinement qui a impacté leur activité. L’occasion pour eux de revenir sur l’organisation des salariés, la distribution, la publicité et les perspectives d’avenir.

Un webinaire a été organisé avec des responsables de médias sous la forme d’un débat baptisé « Comment la presse prépare sa sortie de crise », organisé par L’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias (ACPM) et Les Clés de la Presse, qui propose des publications d’information à destination des professionnels de la presse.

Gabriel d’Harcourt, directeur général délégué de la Voix du Nord, s’est félicité « de la capacité de réaction et d’organisation formidable de ses équipes » qui a été mise en place dès le début du confinement : « Notre décision de passer de 20 à 4 éditions a été la bonne, déclare-t-il. Cela nous a permis de sécuriser la production et la distribution en simplifiant les process. Nous avons vite trouvé un rythme de croisière sécurisant et cela a plu à nos lecteurs ».

Pas de problèmes majeurs pour la distribution

Le quotidien régional, dont la distribution se fait à 85% par le portage dans les boîtes aux lettres, se félicite d’avoir eu 100% de ses tournées quotidiennes réalisées, même si les ventes au numéro ont baissé de 15% et la publicité de 60%. « Cela a demandé de l’anticipation et de l’agilité, note-t-il. Lors du déconfinement, la Presse quotidienne régionale française (PQR) sera le média d’information central concernant les informations pratiques locales auprès du public ».

Sophie Gourmelen, directrice générale du Parisien - Aujourd’hui en France, rappelle que ses équipes ont « immédiatement été équipées d’ordinateurs portables lors des premiers jours du confinement » : « Nous avons réduit notre pagination, créé une édition unique Ile-de-France et inventé de nouveaux contenus, notamment une newsletter spéciale, indique-t-elle. La hausse des abonnements numériques a été une récompense pour nos équipes. Par ailleurs, nous n’avons pas eu de problèmes pour l’impression et seulement une baisse de 10% pour notre distribution à cause des porteurs absents ».

Une reprise pour le second semestre

Chez le Parisien, la publicité a baissé de 50% sur la version papier : « La grande distribution va communiquer sur ses réouvertures. Nous espérons une reprise pour le second semestre », ajoute-t-elle. Pour Frédéric Daruty, PDG de 20 Minutes, le télétravail et le chômage partiel (pour 40% de l’activité) s’est imposé rapidement : « Les bureaux n’étaient ouverts qu’une fois par semaine, témoigne-t-il. Nous avons été contraints de suspendre la distribution de notre journal papier. Nous avons également mis en place une rubrique de vérification de l’information et une newsletter spéciale axée sur les solutions ».

Enfin, Francis Gaunand, PDG de Publihebdos (leader français dans l’édition et la publication d’hebdomadaires locaux d’information), précise pour sa part que « les deux tiers de ses effectifs ont été mis en télétravail et 40% des effectifs en chômage partiel » et que Publihebdos « a réussi à sortir ses 87 publications pendant le confinement » : « Nous avons axé nos articles sur les initiatives des acteurs locaux, la vie quotidienne des lecteurs et des infos pratiques, relate-t-il. Concernant les annonceurs locaux, ceux-ci ont fait face à des problèmes de trésorerie. Nous leur avons proposé des offres adaptées pour la publicité. »

M.P


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE