Des sénatrices plaident pour un objectif de parité dans les médias d’ici 2022

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

Suite à un manque de représentativité des femmes expertes dans les médias audiovisuels pendant la crise sanitaire, des sénatrices réclament un objectif général de parité d’ici 2022 pour les éditorialistes et les intervenantes invitées en tant qu’expertes en plateau.

Des sénatrices de la délégation aux droits des femmes du Sénat réclament un « objectif général de parité d’ici 2022 » pour les éditorialistes et les intervenantes invitées en tant qu’expertes en plateau. Ces propositions font écho à des rapports évoquant une moindre visibilité des femmes dans les premières semaines du confinement sur certaines antennes.

« Il est nécessaire de mesurer, de façon plus précise, la présence des femmes à l’antenne avec des critères qualitatifs et de les rendre obligatoire », préconise la délégation, en demandant l’affichage par les médias audiovisuels d’une « progression annuelle des critères d’évaluation en matière de représentation et d’image des femmes » ainsi que des « modules de sensibilisation à la lutte contre les stéréotypes sexistes et contre le harcèlement sexuel dans toutes les écoles de journalisme ».

Ces sénatrices souhaitent également encourager les médias à se fixer un objectif de croissance régulière du nombre de réalisatrices de fictions, documentaires ou magazines d’information, afin d’atteindre, avant 2025, une proportion de 40% et d’élargir le champ de transposition de la directive européenne sur les services de médias audiovisuels (SMA) à la lutte contre la diffusion de propos haineux ou dégradants à l’encontre des femmes.

M.P


 

 
août 2020 :

Rien pour ce mois

juillet 2020 | septembre 2020


 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE