Deux journalistes français portés disparus en Syrie

Europe 1 a confirmé vendredi avoir perdu le contact avec deux de ses journalistes en Syrie : Didier François, grand reporter de la rédaction et Edouard Elias, photographe en mission qui l’accompagnait.

Il existe peu de doute sur le fait que les deux journalistes aient été enlevés « par quatre hommes armés entre les villes de Marea et Herbl en Syrie » selon le quotidien les Echos. Le « fixeur » (l’assistant et traducteur, ndlr) des deux journalistes aurait lui aussi été enlevé tandis que le chauffeur était libéré. « Les deux journalistes français étaient dans la région d’Alep dans le nord de la Syrie, zone tenue par les poches rebelles où les combats font rage depuis l’été 2012. »

La situation est évidemment inquiétante, la Syrie étant actuellement une zone particulièrement dangereuse pour les journalistes. Dans un communiqué, RSF rappelle que 24 journalistes ont trouvé la mort depuis le début du conflit et que 7 sont portés disparus.

Soutien affiché de l’Elysée

Contrairement à la dernière prise d’otages de journalistes français, les représentants de l’État ont immédiatement déclaré leur soutien et demandé la libération immédiate de Didier François et Edouard Elias. François Hollande, en déplacement au Japon, a déclaré « Je demande que ces journalistes soient immédiatement libérés », précisant également que les journalistes « ne sont pas les représentants de quelque État que ce soit, ce sont des hommes qui travaillent pour que le monde puisse recevoir des informations ». Il a également donné les noms des deux journalistes disparus. Une position qui tranche avec les polémiques entretenues en 2010 par l’entourage de l’ancien Président Sarkozy, notamment Claude Guéant sur la « recherche de scoop à tout prix » ou le coût de la libération des otages lors de l’enlèvement de Stéphane Taponier et Hervé Ghequière.

N.B.

Edouard Elias, photographe

Didier François, grand reporter de la rédaction d’Europe 1 (photo Europe 1)

 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE