Fake news : la presse réclame à l’UE des mesures fortes

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

Des représentants des médias demandent à l’Union européenne de disposer d’instruments plus efficaces pour mieux évaluer et traiter le problème des fake news.

Des organisations représentant des médias, des éditeurs et des journalistes réclame à la Commission européenne « des mesures plus fortes  » pour lutter contre la désinformation via les plateformes Internet, telles que Facebook ou Google. Signée notamment par la Fédération européenne des journalistes, le Conseil européen des éditeurs et l’Association des Télévisions commerciales européennes (ACT), cette déclaration conjointe a été publiée suite à la présentation par Bruxelles de nouvelles mesures contre la désinformation suscitée par le Covid-19.

Alarmés par l’augmentation de la désinformation en ligne pendant la pandémie « qui a eu un impact dévastateur sur les efforts de santé publique », les signataires considèrent que le code de bonnes pratiques européen, signé en 2018 par les plateformes internet, s’est révélé inadéquat pour traiter la source et les moteurs de la désinformation propagée en ligne. « Il est urgent de disposer d’instruments efficaces pour mieux évaluer et traiter le problème avec succès. L’Europe dépend trop de la bonne volonté des acteurs systémiques », estiment-ils.

Enfin, les organisations réclament « un régime de sanctions  » pour garantir que « les cosignataires du code de bonnes pratiques soient incités à agir », tout en demandant que le dialogue avec les plateformes s’effectue de manière plus «  structurée  », alors qu’« un certain nombre de commissaires de l’UE » traite directement avec ces plateformes.

M.P


 

 
août 2020 :

Rien pour ce mois

juillet 2020 | septembre 2020


 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE