Gilles Durand, 20 Minutes Lille "Il faut être prudent avec le tout web »

, par Faouzia

Journaliste pour le journal gratuit 20Minutes, Gilles Durand a rencontré les adhérents du Club la presse. L’échange a notamment porté sur l’actualité, les effets des nouvelles technologies dans les rédactions, le modèle économique du journal et les questions sur son avenir.

Entré à 20 Minutes en 2009, Gilles Durand était auparavant pigiste pour La Voix du Nord, La Voix des sports, L’Express, Le Figaro Magazine, 30 Millions d’amis. Ce passionné de l’info décrit le métier de journaliste d’aujourd’hui et l’évolution du gratuit « 20 Minutes », avec l’arrivée des nouvelles technologies et la polyvalence que le web impose dans un contexte très concurrentiel.
Il y a un peu plus de dix ans, la formule du journal consistait à regrouper dans un petit espace, 3 à 4 pages, des informations quotidiennes essentielles dans un langage simple et court, synthétisé en 2 500 signes que les gens pouvaient lire en 20 Minutes, le temps d’un trajet moyen dans les transports en commun. Pour parvenir à toucher sa cible, les jeunes actifs urbains, le quotidien était distribué gratuitement dans les endroits à forte concentration de public (sorties de gare et de métro).

20 ans plus tard et face à la crise du Coronavirus, 20 Minutes, présent dans les grandes villes de France, s’efforce de résister. À ses débuts, le journal appartenait à 50% au groupe scandinave Schibsted et au groupe SIPA-Ouest-France. En 2016, le groupe scandinave a renoncé à sa participation au profit du groupe Rossel.

Les transformations numériques et leurs enjeux sur les médias

Jusqu’en 2009, 20 Minutes a connu son « âge d’or ». L’audience était au maximum, les annonceurs aussi. En 2010, les chiffres ont commencé à baisser et les impacts ont commencé à se faire sentir. Plusieurs photojournalistes ont été licenciés, ou ont fini par assumer à la fois le rôle de rédacteur et photographe. À partir de 2013 et 2014, la vidéo a également commencé à faire partie de la vie quotidienne des journalistes. Ceux-ci assurent aujourd’hui une fonction polyvalente en produisant des contenus écrits, photo et vidéo. Bien que les vidéos aient une large audience, plus de 2 milliards de vues l’an dernier, ce format n’a pas réussi à convaincre les annonceurs qui craignent de ne pas être vus. N’être que sur le format web s’éloigne aussi du principe de 20 Minutes, faire un média d’actualités gratuit, payé par les annonceurs.

La rédaction de 20 Minutes Lille compte aujourd’hui une équipe de 3 journalistes qui se relaient chaque semaine à la responsabilité de gestion du bureau de Lille. Malgré les difficultés, le journal a toujours eu un bon écho auprès du public. Selon Gilles Durand, un exemplaire distribué dans les transports touche jusqu’à trois lecteurs. En 2020 cependant, avec le confinement, le quotidien privé de distribution a réduit drastiquement l’impression et a essayé d’explorer davantage l’aspect web. La stratégie n’a pas été concluante. Une fois publiées sur le site, les informations ne sont évidemment plus inédites pour la version papier.

Aujourd’hui, avec le problème de la logistique et de la distribution face à la crise, le journal papier est publié une à deux fois par semaine. Cela entraîne une diminution des annonceurs et contraint la direction à repenser sa ligne éditoriale centrée sur le web.
« Il y a 100 ans, on disait que l’arrivée des nouveaux médias dans les espaces urbains ferait disparaître la presse écrite, aujourd’hui, elle est toujours là » martèle Gilles Durand. Selon lui, ne pas avoir d’opinion peut conduire à une fausse objectivité. C’est pour cela qu’il faut être prudent avec le format éditorial reproduit dans les articles du web.

L’invité souligne également qu’avec 200 000 téléchargements par jour, le format PDF du journal connaît un grand succès. Ce même succès est vécu par la nouvelle innovation du site, le Podcast d’actualités intitulé « Minute Papillon ! ». Gilles Durand y présente une actualité sportive mensuelle intitulée « Il était une fois, dans l’histoire du sport ».


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour une période de six mois un.e stagiaire en communication


MISSION COMMUNICATION
Rédaction de communiqué et dossier de presse et contenu du site Internet
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des conférences de presse et autres rencontres à l’initiative du Club de la presse
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux
Participation à l’organisation des événements de l’association ( concours, expositions etc)

COMPETENCES REQUISES.
Style dynamique - Esprit créatif
Réactivité
Aisance et qualité rédactionnelle
Aisance avec les techniques de conception-rédaction et montage vidéo

Date : début septembre 2021
Stage : conventionné
Durée : 4 à 6 mois

CV et lettre de motivation à adresser à
Faouzia Allienne