Edito

Il faut libérer Nadir Dendoune !

Cela va faire dix jours, ce samedi 2 février, que notre confrère Nadir Dendoune, a été arrêté par les autorités irakiennes et incarcéré à la prison centrale de Bagdad. Il y partage une cellule avec 28 autres codétenus. Motif : « Il ne s’est pas déclaré auprès des autorités locales et n’a pas demandé les autorisations pour prendre des photos. »

Dix jours plus tard, le flou complet règne autour de cette arrestation le 23 janvier dans un quartier du sud-ouest de Bagdad. L’interpellation serait le fait de militaires et non de policiers comme on l’avait pensé au départ. Selon le ministère des Affaires étrangères français, il lui serait plus particulièrement reproché d’avoir photographié une usine de retraitement des eaux. Un site classé « sensible ». Il lui aurait fallu une autorisation spéciale qu’il ne possédait pas.

Mais si l’on ne sait pas grand chose, officiellement, ni de ceux qui l’on arrêté et jeté en prison, ni de leurs raisons, on peut au moins être sûr que Nadir Dendoune n’est pas, comme le rappelle son comité de soutien, un « journaliste du dimanche ». Journaliste pigiste, il est parti en Irak le 14 janvier pour réaliser un reportage à l’occasion du dixième anniversaire de l’invasion de ce pays par l’armée américaine. L’ambassade d’Irak à Paris lui avait bien délivré un visa de presse. Il travaillait pour Le Monde Diplomatique, qui lui a remis une lettre de mission, et pour Le Courrier de l’Atlas.

Nadir Dendoune est un journaliste professionnel, arrêté et emprisonné parce qu’il faisait son travail : informer. Dans un pays comme l’Irak, c’est mal vu. Comme dans tant d’autres. Aussi, la question ne doit pas faire débat. Il n’est de « saints laïcs » qui partiraient la fleur au stylo pour prendre des risques inutiles et revenir couronné de gloire. Nous parlons ici, comme nos l’avons fait pour les journalistes retenus en otage, de la liberté d’aller et venir, de la liberté d’informer, de la liberté de ne laisser aucune partie du monde dans l’ombre, l’oubli et l’ignorance.

Pour cela, il importe de se mobiliser sans attendre. Pour soutenir Nadir Dendoune et pour exiger sa libération immédiate et sans condition.

Philippe Allienne

En savoir plus :
Comité de soutien ; libereznadirdendoune gmail.com
Page Facebook : www.facebook.com/ComiteDeSoutienPourLaLiberationDeNadirDendoune
Signer la pétition : http://www.avaaz.org/fr/petition/Liberez_Nadir_DENDOUNE


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour une période de trois à quatre mois un.e stagiaire en communication


MISSION COMMUNICATION
Rédaction de communiqué et dossier de presse et contenu du site Internet
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des conférences de presse et autres rencontres à l’initiative du Club de la presse
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux
Participation à l’organisation des événements de l’association ( concours, expositions etc)