L’INACCEPTABLE

Ce matin, à 11h30, des hommes cagoulés et munis d’armes de guerre ont déversé leur haine et semé la mort. Ils disent avoir vengé Dieu. Comme si cela était seulement possible, seulement envisageable. Ils ont tué des journalistes et des policiers qui veillaient à leur sécurité. Ils ont tué pour eux. Ils ont tué pour la mort des idées. Ils ont voulu tuer l’idée d’humanité.

Cabus, Tignous, Charb, Wolinski. Qui aurait pu croire, avant cette minute mortelle, avant cet attentat dégueulasse, que l’on veuille ainsi mettre un point final à vos esprits libres ? Comme si cela était seulement possible, seulement envisageable. Ils ont troué votre chair. Ils ne vous ont pas tués.

L’un des derniers dessins de Charb, à paraître dans Charlie Hebdo de cette semaine. Il fait désormais froid dans le dos.

Mais de qui parle-t-on, précisément ? A cette heure, nul ne sait. Des hommes cagoulés. Ce ne sont pas de soldats de Dieu. Ce ne sont pas des croisés. Ce sont des lâches, des assassins. Des fous aussi, sans doute. C’est bien ce qui les rend dangereux.

Car au final, ils ont beau invoquer, dans la langue de Voltaire, une hypothétique et bien curieuse raison divine, rien ne permet de comprendre leur véritables motivations. Hormis le rejet d’un modèle de société ? Peut-être. Voire. Pour le reste, quel est leur message ? En ont-ils un ? Sont-ils isolés, sont-ils commandités ?

Semer la terreur pour faire quoi ? A entendre les premiers commentaires, ce midi, des attentats étaient attendus. Mais les hommes cagoulés ont frappé là où l’on ne les attendait pas forcément. D’autant que « Charlie-Hebdo » était sous protection policière depuis qu’une bombe avait tenté de le faire taire après sa publication des caricatures.

Semer la terreur, semer la confusion au sein d’une société affaiblie où les plus vulnérables font en ce moment l’objet de nombreuses attaques et mises en accusation. Voilà peut-être le point sensible sur lequel l’ignominie de ce matin a trouvé appui. Si c’est le cas, nous pouvons craindre des jours très sombres.

D’aucun s’interrogent déjà sur des hasards du calendrier qui apparaîtraient douteux, sur des polémiques d’ailleurs très surfaites. Aucune importance. C’est à la liberté d’expression, à la liberté d’opinion, à la liberté de penser que les hommes masqués se sont attaqués aujourd’hui. C’est-à-dire à notre liberté d’être. Nous, journalistes, impliqués dans la vie et le sens de notre monde, ne laisseront pas faire. Pleurons la mort de nos confrères. Et dressons la plume.

Après l’attentat meurtrier, ignoble, ce matin contre nos confrères de Charlie Hebdo, le Club de la Presse du Nord – Pas de Calais appelle à un rassemblement ce soir à 18h, place de la République, parvis des Droits de l’Homme à Lille.

Le Club de la presse adresse tout son soutien au journal Charlie Hebdo
et aux familles des victimes

VENEZ NOMBREUX

Ne laissons pas les ennemis de la liberté faire leur loi.

Contacts
Club de la presse Nord - Pas de Calais
Faouzia Allienne ou Nicolas Bailly
03 28 38 98 40 / 06 07 69 27 63 / 06 64 36 42 25
clubdelapressenpdc nordnet.fr

12 personnes sont mortes ce matin, dans un attentat contre Charlie Hebdo dans le 11ème arrondissement de la capitale. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier commis en France depuis au moins 40 ans. Parmi les victimes, figurent les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et Tignous, connus pour leur impertinence et leur insoumission. Quatre autres personnes sont très grièvement blessées.

 

 
août 2019 :

Rien pour ce mois

juillet 2019 | septembre 2019


 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour la rentrée pour une période de deux mois un.e stagiaire en communication


MISSION COMMUNICATION
Rédaction de communiqué et dossier de presse
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des conférences de presse
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux
Participation à l’organisation des événements et expositions