L’Observatoire de la Déontologie de l’Information dresse un rapport mitigé

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

Selon le dernier rapport de l’Observatoire de la Déontologie de l’Information (ODI), des tentatives d’intimidation des journalistes ont enregistrées en 2019. L’ODI constate également des exactitudes mises à mal par l’urgence et la concurrence ou encore la recherche de davantage de transparence et de dialogue vis-à-vis du public.

L’Observatoire de la Déontologie de l’Information (ODI) a rendu son rapport 2020 intitulé « Faire face au trouble de l’information ». Ce rapport résulte d’une synthèse du résultats de ses travaux de veille. L’occasion pour l’ODI de revenir sur le fiasco de l’affaire « Xavier Dupont de Ligonès », sur la mise en cause des reportages sur les questions scientifiques ou encore sur les nombreuses tentatives d’intimidation des journalistes enregistrées en 2019.

L’ODI constate en 2019 les mêmes dérives déontologiques que les années précédentes : exactitude mise à mal par l’urgence et la concurrence, respect des personnes et de la vie privée malmené sous l’influence des réseaux sociaux ou encore des pressions de toutes sortes pour tenter d’arrêter des enquêtes journalistiques qui dérangent.

Davantage de transparence

« Sous l’effet de la polarisation et de la tension des débats publics, un ’commentarisme’ se développe, où l’expression d’opinions prend le pas sur l’exposé des faits ou de la simple formulation de questions », indique l’ODI.

Selon l’ODI, 2019 a été aussi marquée par la recherche de davantage de transparence et de dialogue vis-à-vis du public. « Non seulement des journalistes de plus en plus nombreux se sont efforcés de compléter leurs enquêtes par des explications sur leur travail lui-même, mais des médias ont aussi mis en place des dispositifs pour prendre en compte les critiques », conclut l’ODI.

M.P


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE