Le FN au pouvoir, l’exemple concret d’Hénin Beaumont

A l’origine du livre « Ma ville couleur bleu marine », une commande de la maison d’édition Flammarion et de son directeur littéraire en charge des documents, Eric Maitrot, demandant à quatre journalistes de retranscrire l’évolution de trois villes conquises par le FN lors des municipales 2014. Chef d’agence à La Voix du Nord d’Hénin-Beaumont, Pascal Wallart était l’observateur idéal pour prendre en charge la partie consacrée à la commune « tête de pont » du FN dans le Pas-de-Calais, celle qui eut Marine Le Pen comme conseillère municipale de 2008 à 2011 et qui a vu l’élection de Steeve Briois au poste de maire dès le premier tour en 2014. Rencontre avec un témoin.

Les médias, sujet sensible

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le parti d’extrême droite n’a pas apprécié l’ouvrage, Bruno Bilde, conseiller régional Nord – Pas de Calais, le qualifiant de « bouquin dont chaque ligne est trempée dans le fiel ». Une rhétorique qui résume la relation compliquée entretenue par la majorité municipale avec les médias : « Ils sont toujours dans la posture d’opposants et n’ont aucune sérénité vis-à-vis de la presse alors que Steeve Briois a une popularité dingue » explique Pascal Wallart. Pourquoi tant de méfiance ? Dans la vision frontiste, les journalistes seraient, continue-t-il, avant tout des « militants, intellectuels de gauche ». Dans ce contexte, dans quelles conditions travaillent les journalistes à Hénin-Beaumont ? « On alterne les phases de bouderies, on est privé de toute info pendant plusieurs mois et, de temps en temps, le robinet se rouvre »… Une situation que l’équipe, que l’on imagine sous pression, vit solidairement. Le rédacteur en chef confie avoir une belle revue de presse des noms d’oiseaux qu’on a pu lui donner, la palme revenant sans doute à Steeve Briois lui-même sur son blog en 2009 : « Pascal Wallart est au journalisme ce que la pornographie est à l’amour ». Une sortie que le maire ne se permettrait plus aujourd’hui : « il a une volonté d’être irréprochable, l’équipe est lisse, la rhétorique reste dans la poche », explique le journaliste. Et de laisser aux militants le soin d’occuper les réseaux sociaux, Pascal Wallart admet être obligé de bannir des internautes de la page Facebook suite à des commentaires. Avec les récentes Unes de l’hebdomadaire régional, la situation ne va pas s’améliorer, ces prises de positions claires de Jean-Michel Bretonnier, rédacteur en chef de La Voix du Nord, sont en tout cas un soutien sans équivoque du travail de l’équipe locale (1).

Vers la fin de l’état de grâce ?

Sur l’application du programme FN dans la gestion de la ville, Pascal Wallart a constaté une réorganisation des services et une reprise en main de la gestion des finances, au plus mal après l’ère Dalongeville. Depuis deux ans Steeve Briois et son équipe ont réussi à restaurer un lien avec les habitants. « Ils veulent qu’on s’occupe d’eux », par exemple en améliorant la voirie qui était à l’abandon depuis 2007. Cette période d’état de grâce pourrait se terminer prochainement. En effet, des décisions beaucoup plus engageantes vont devoir être prises… et remettre en question le plébiscite dont bénéficie le maire actuellement ?

NB
Vidéos : PB

1) Le point, Le monde, Libération, le Huffington post


 

 
août 2020 :

Rien pour ce mois

juillet 2020 | septembre 2020


 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE