Liberté Hebdo passe au numérique

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

Après avoir longtemps eu pour seule présence en ligne une page sans contenu éditorial, Liberté Hebdo est en passe de lancer sa première édition numérique. Jean-Rémi Vandevoorde, président de la société d’édition, les journalistes Mathieu Hébert et Franck Jakubek accompagnés de Laurent Lefebvre, développeur, étaient les invités du Club de la presse le 19 novembre pour une présentation en avant-première.


Pourquoi se lancer dans le projet d’une édition numérique en 2018 ? Pour Liberté Hebdo ce nouveau pas en avant s’inscrit dans une démarche globale de reconquête amorcée en début d’année avec le lancement de la nouvelle formule du journal papier. Pour toucher de nouveaux publics, notamment les jeunes que l’on dit éloignés des formats traditionnels de la presse, l’absence d’une édition numérique devenait problématique. Qui dit nouveau site, dit investissement, une équation compliquée pour un journal d’opinion régional. La solution est venue du web, une campagne financement participatif a permis à Liberté Hebdo de rassembler ses soutiens et de récolter près de 6000 € grâce à 141 souscripteurs ?

« Comment faire avec un budget modeste, avec un système d’abonnement payant, une audience régionale et qu’on arrive après les autres ? ». Problématique stimulante pour Laurent Lefebvre, qui a développé le nouveau site libertehebdo.fr. Plusieurs choix « différenciant », qui tranchent avec les canons du web, ont été faits pour donner une vraie identité au site. Ainsi, libertehebdo.fr adopte un fond sombre, qui met en avant les contenus et offre un meilleur confort de lecture, notamment sur grand écran. Le site donne une belle place aux images qui sont mises en avant sur la page d’accueil. Cette dernière est colorée, des filtres venant teinter les photos en fonction des rubriques dans lesquelles sont classées les articles (politiques et citoyens, entreprises, arts et cultures, idées…).

Complémentarité web et print

Sur le fond, la version numérique complétera l’édition papier en apportant de la réactivité. Des informations ponctuelles, ayant une durée de vie courte (annonces, brèves) pourront être diffusées sur le site sans être reprise dans le journal. En fonction de l’actualité, la rédaction aura aussi la possibilité de mettre en place des versions locales du site. On pourrait donc imaginer, par exemple un Liberté Hebdo Valenciennes, Lens ou Arras pour couvrir un événement culturel, une mobilisation. Pour alimenter ce nouveau canal de diffusion, la rédaction, qui compte 1 journaliste à temps plein et un journaliste à mi-temps, sera renforcée par l’arrivée d’un journaliste web en contrat d’alternance.

Les formules d’abonnement commencent à 5 € par mois et s’étaleront jusqu’à 70 € par an. Le lecteur pourra choisir de s’abonner à l’une ou l’autre des versions, ou opter pour un abonnement mixte regroupant édition numérique et papier. Une vente au numéro, en format PDF, est également prévue. Les non-abonnés auront accès au 1er paragraphe des articles, une manière de donner envie d’en lire plus. Les brèves, la newsletter et l’agenda seront également en libre accès. Ce dernier est amené à se développer sur le créneau des événements sociaux.

Disponible actuellement en version « bêta », la nouvelle édition numérique de Liberté Hebdo sera officiellement lancé le 8 décembre lors d’une soirée organisée à l’espace Marx à Hellemmes.

NB


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE