Paris Normandie : les repreneurs potentiels ont jusqu’au 22 mai pour faire une offre

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

MAJ :

Les candidats à la reprise de Paris-Normandie (240 salariés), qui a annoncé une chute de 90% de ses recettes publicitaires depuis la crise sanitaire, ont jusqu’au 22 mai pour déposer leurs offres de rachat du quotidien local placé récemment en liquidation judiciaire avec prolongation d’activité. Le tribunal n’a pas encore fixé la date d’audience, mais elle devrait vraisemblablement se situer dans la première quinzaine de juin.

Sont à vendre la Snic (Société normande d’information et de communication), société éditrice du journal qui emploie 215 salariés dont 202 permanents, liquidée par le tribunal de commerce de Rouen, ainsi que la RNP, la régie publicitaire du journal, qui emploie 25 salariés dont 23 permanents. L’activité des deux sociétés est prolongée pour trois mois. Implanté uniquement en ex-Haute Normandie, dont il est l’unique quotidien local, Paris Normandie compte 22.500 abonnés papier et 1.500 abonnés web.

Le quotidien Paris Normandie placé en liquidation judiciaire

Le seul quotidien régional normand Paris Normandie est en grande difficulté. La direction a informé l’ensemble de la rédaction qu’elle avait sollicité le placement en liquidation judiciaire avec poursuite d’activité d’une de ses deux sociétés éditrices, la Régie normande de publicité.

L’autre entreprise co-éditrice, la Société normande d’information et de communication (SNIC), doit réunir son Comité social et économique (CSE) le 16 avril afin d’acter avec les représentants du personnel une demande identique. Le quotidien, qui réunit 200 salariés, a lancé un appel aux abonnements pour le soutenir dans cette période difficile.

M.P


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE