Quel statut pour les correspondants de France 24 à l’étranger ?

, par communication@clubdelapressehdf.fr

Le statut des journalistes correspondants de France 24 à l’étranger est encore plus précaire que celui des pigistes. Ils sont payés sur facture, une condition de travail qui fragilise le métier.

Selon un article publié par le journal le Monde ce lundi 13 juin, Anne-Fleur Lespiaut fait partie des journalistes qui vivent dans de telles conditions professionnelles. De retour du Mali après la dégradation des relations diplomatiques entre Paris et Bamako, la journaliste se retrouve sans rémunération. En fait, employée par l’intermédiaire d’une société de production, Anne-Fleur Lespiaut est considérée comme une prestataire, rémunérée par la société de production sous-traitante.

La journaliste déplore cette situation de rupture de rémunération car elle avait reçu la promesse de maintien de cette dernière de la part de la chaîne. Toutefois, selon le contrat, rien n’oblige France 24 à honorer cet engagement. Quant à Patrick Fandio, directeur de Hemisphere Media Production Africa, l’entreprise qui a employé la journaliste, il était de la responsabilité de France 24 d’indemniser Anne-Fleur Lespiaut, et non de la sienne, malgré la somme minimum que France 24 continuait de lui versé. Après avoir fait les frais de la dégradation diplomatique, la journaliste doit faire face à cette nouvelle contrainte.

Être payer sur facture est une situation qui exaspère quelques journalistes des 160 correspondants de la chaîne publique. Le directeur adjoint de France 24 chargé des magazines et reportages, interlocuteur privilégié des correspondants, a un avis contraire sur la situation. Il soutient que ce système de rémunération permet à France 24 d’avoir un réseau qui tient la route, et aux correspondants de bien gagner leur vie.

Qu’ils soient au niveau nationale ou internationale, les journalistes correspondants des médias français ne bénéficient pas des dispositions applicables aux journalistes professionnels. Une réalité qui se traduit sur le terrain par la précarité. Par ailleurs dans un article publié en avril 2022, la confédération française démocratique du travail (cfdp) a fait appel à la création d’un vrai statut pour les correspondants à l’étranger des médias français pour améliorer leurs conditions de travail.


 

 
décembre 2022 :

Rien pour ce mois

novembre 2022 | janvier 2023


 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE