Tuer un professeur, c’est imposer la haine contre l’humanité

, par Faouzia

L’assassinat de Samuel Paty, enseignant du Collège Bois d’Aulne, à Conflans Sainte-Honorine, est l’acte le plus odieux et le plus effroyable qui soit. La décapitation nous plonge dans l’horreur absolue parce qu’elle se réfère aux méthodes de ceux qui empruntent à la culture la plus obscurantiste et qu’ils ont mis au service du terrorisme depuis très longtemps.
L’auteur de cet assassinat, parce qu’il n’a que 18 ans, n’en est que plus terrifiant. Il n’était pas né quand le terrorisme islamiste a tenté d’imposer, par ces mêmes méthodes écœurantes, un modèle de société dont aucun être sensé ne veut. Qu’il soit croyant ou non et quelle que puisse être sa religion ou sa philosophie. Mais ce qui est encore plus inacceptable et révoltant est le fait que ce jeune homme, qui a choisi la mort contre la vie, a été encouragé par des adultes, des parents d’élève enfermés et coincés dans leur dogme.
Juste après ce crime horrible, on entend déjà des recherches d’explication. Pourquoi pas des excuses ? « Que s’est-il passé dans cette classe ? » entend-on. « S’en prendre à un prof... je pense qu’il y avait d’autres façons de dire à ce monsieur que ce qu’il a fait n’est pas bien. », etc. Cela ne vaut guère mieux que ceux qui ont désapprouvé la republication des caricatures par Charlie Hebdo.
Non, mille fois non. Ce professeur d’Histoire a fait son métier. Il a travaillé à l’éveil des consciences de ses élèves. Il a montré des caricatures qui existent, qui ont été publiées et qui ont là encore servi de prétexte à tuer, à massacrer.
Samuel Paty a œuvré à promouvoir l’ouverture d’esprit, la liberté de pensée, la liberté d’expression. Aucune raison ne saurait expliquer le geste de son odieux assassin. Aucune excuse ne saurait expliquer l’attitude de parents d’élèves qui s’opposent, en portant plainte ou en se manifestant directement, à un enseignant qui s’emploie à apprendre aux enfants à penser par eux-mêmes, à trouver la lumière. Nous avons bien conscience, en écrivant cela, que cela ne concerne que des individus ou des groupes d’individus, certainement pas une communauté cultuelle. Ni amalgame, ni excuse pour les terroristes et leurs soutiens.
Le Club de la presse Hauts-de-France travaille depuis longtemps avec le corps enseignant pour éduquer les jeunes aux médias, à leur décryptage et au rôle indispensable de l’information dans une société libre et laïque.
Plus que jamais, nous sommes solidaires des enseignants, plus que jamais nous leur sommes reconnaissants pour la manière dont, tous les jours, ils se mettent au service de l’avenir de nos enfants, de la laïcité, de l’intelligence et de la liberté. Tuer l’un des leurs, c’est vouloir nous tuer toutes et tous, c’est vouloir tuer notre société et notre démocratie. C’est le règne de la haine contre l’humanité.
Nous adressons nos condoléances les plus sincères à la famille de Samuel Paty et à l’Ecole dans son entièreté.

Philippe ALLIENNE
Président du Club de la presse Hauts-de-France

Mobilisation à Lille au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, enseignant du Collège Bois d’Aulne, à Conflans Sainte-Honorine

 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour une période de trois à quatre mois un.e stagiaire en communication


MISSION COMMUNICATION
Rédaction de communiqué et dossier de presse et contenu du site Internet
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des conférences de presse et autres rencontres à l’initiative du Club de la presse
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux
Participation à l’organisation des événements de l’association ( concours, expositions etc)