Un nouveau quotidien à Amiens - La Lettre du Club n°69 - septembre 2005

« Le Courrier Picard », qui a créé en mai une nouvelle édition dans l’Aisne, voit débarquer un concurrent sur ses terres, « Planète Amiens », lancé par France Antilles.

France Antilles a décidé d’aller porter la concurrence dans le fief du Courrier Picard. Le groupe de presse, qui constitue avec la Socpresse une des deux branches de l’ex-empire Hersant (lire notre encadré), lancera en effet lundi 26 septembre un quotidien urbain, baptisé Planète Amiens et tiré à 10 000 exemplaires. Eric Villemin, conseiller éditorial indépendant a participé à la mise sur pied du titre. Selon lui, Planète Amiens visera une « cible jeune » et estime que le lectorat escompté n’est pas tout à fait celui du Courrier. L’agence Rampazzo & Associés, qui travaille par ailleurs sur la nouvelle formule tabloïd de La Voix du Nord et de Nord Eclair (lire en page 4), s’est chargée de la conception graphique. C’est Robert Fiess, ancien directeur de la rédaction de Géo, qui avait pris la tête de la cellule de conception.

Cinq parutions par semaine

En quadrichromie complète, ce tabloïd de 24 pages (28 pages pour l’édition « week-end » du vendredi), sera imprimé sur les rotatives du groupe France Antilles, qui édite plusieurs titres à proximité (lire l’encadré). Il paraîtra cinq jours par semaine, du lundi au vendredi. La présence d’une communauté étudiante importante à Amiens semble avoir fortement guidé le choix de la ville pour la sortie d’un titre qu’Eric Villemin qualifie de « journal laboratoire ». Cela signifie-t-il que si l’expérience est parmi les rares confidences faites par le conseiller éditorial, on apprend que Planète Amiens bénéficiera d’une « forte interactivité », par le biais notamment d’un site internet. C’est Julien Bouillé, un ancien des Nouvelles de Tahiti, également publié par France Antilles, qui prend la rédaction en chef du nouveau quotidien.

Concluante, elle pourra être dupliquée ailleurs ? France Antilles n’est pas le seul à porter la concurrence en dehors de ses terres d’implantation traditionnelles. Ainsi, Le Courrier Picard lui-même a créé en mai dernier une édition supplémentaire à Saint-Quentin. Désormais, le titre publie six éditions, sur trois départements : la Somme (où il dispose de huit agences), l’Oise (cinq agences) et l’Aisne (une agence). En arrivant à Saint-Quentin, c’est au tri-hebdomadaire L’Aisne Nouvelle (environ 25 000 exemplaires) que se confronte Le Courrier Picard. L’Aisne Nouvelle qui avait été revendue en avril 2004 par La Voix du Nord… à France Antilles justement. Même si de tels projets se bâtissent de longs mois à l’avance, faut-il voir dans Planète Amiens une réponse à l’arrivée du Courrier à Saint-Quentin ?

« Le Télégramme » fait école en Normandie

L’autre actualité de France Antilles, c’est la possibilité de rapprochement avec Le Télégramme de Brest. Le 9 septembre, dans la lettre électronique éditée par le bimestriel Les Clés de la Presse, Jacques Bolleli, directeur financier de France Antilles, explique en effet que son groupe a fait appel à l’« expertise » du Télégramme « pour la refonte éditoriale des quotidiens de notre pôle normand, qui comprend Paris Normandie, Le Havre libre, Le Havre Presse et Le Progrès. » « Des salariés du Télégramme vont venir aider nos équipes », précise-t-il. Il faut dire que Le Télégramme (passé récemment au format tabloïd), quotidien pourtant modeste dans une région ultra-dominée par Ouest-France, est un des rares titres de PQR à voir sa diffusion augmenter sensiblement, avec près de 200 000 exemplaires. En 2004, la tendance générale pour les titres de PQR était à une baisse de 1,6%. Visiblement, les recettes du quotidien breton intéressent. Mais le partenariat pourrait aller au-delà. Jacques Bolleli confie en effet aux Clés de la Presse qu’« il ne serait pas sot d’envisager de faire entrer [Le Télégramme] au capital » des journaux normands de France Antilles (1). En revanche, selon lui, une prise participation dans l’autre sens « n’est pas du tout à l’ordre du jour ».

L. F.

(1) France Antilles et « Le Télégramme » sont par ailleurs déjà liés dans la diffusion de journaux d’annonces gratuits en Bretagne.

En métropole et outre-mer

France Antilles constitue, avec la Socpresse, la deuxième branche de l’ex-empire Hersant. Présidé par Philippe Hersant, le groupe possède plusieurs titres qui connaissent des reculs de diffusion importants. Présent en Champagne-Ardenne (L’Union à Reims, L’Ardennais à Charleville-Mézières, L’Est Eclair et Libération Champagne à Troyes), il dispose également d’une présence importante en dehors de la métropole : France Antilles, La Dépêche de Tahiti, Les Nouvelles de Tahiti, Le Journal de l’Ile (à la Réunion) et France-Guyane.
De son côté, Le Courrier Picard est un des rares titres de presse à être toujours édité par une SCOP (Société coopérative ouvrière de production), créée en octobre 1944, au moment du lancement du journal. Le Courrier Picard est donc en partie (55%) possédé par ses salariés. Le reste est entre les mains de La Voix du Nord et du Crédit Agricole de la Somme.


 

 
juillet 2021 :

juin 2021 | août 2021


 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour une période de six mois un.e stagiaire en communication


MISSION COMMUNICATION
Rédaction de communiqué et dossier de presse et contenu du site Internet
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des conférences de presse et autres rencontres à l’initiative du Club de la presse
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux
Participation à l’organisation des événements de l’association ( concours, expositions etc)

COMPETENCES REQUISES.
Style dynamique - Esprit créatif
Réactivité
Aisance et qualité rédactionnelle
Aisance avec les techniques de conception-rédaction et montage vidéo

Date : début septembre 2021
Stage : conventionné
Durée : 4 à 6 mois

CV et lettre de motivation à adresser à
Faouzia Allienne