Wasquehal poursuit son soutien aux journalistes otages et à leurs accompagnateurs

Pour afficher la solidarité de la ville de Wasquehal envers Stéphane Taponier, Hervé Ghesquière et leurs accompagnateurs afghans, 400 écoliers de la commune ont procédé ce jeudi 17 février à un lâcher de ballons.

Les 400 ballons, symbole de paix et de liberté, ont pris leur envol

Le 10 juillet dernier, la ville de Wasquehal était parmi les premières de la région à exprimer sa solidarité avec Stéphane Taponier, Hervé Ghesquière et leurs trois accompagnateurs, en affichant sur son fronton une bâche de soutien aux otages.

Ces derniers n’étant toujours pas libérés sept mois plus tard, la municipalité organisait une autre manifestation de soutien ce jeudi 17 février. Rassemblés sur la place de l’Hôtel de Ville, les 400 écoliers wasquehaliens de primaire et maternelle, vêtus d’un t-shirt blanc, ont lâché dans le ciel autant de ballons, symboles de paix et d’espoir. Les enfants avaient attaché à ces ballons des dessins qu’ils avaient réalisés pour les otages. Qui sait… l’un d’eux volera peut-être jusqu’en Afghanistan.

Dans son allocution, le maire, Gérard Vignoble, a rappelé que la mobilisation de chacun était primordiale. « A l’heure où ce magnifique soleil se couche sur Kaboul, je parlerai de nous. Si nous pensons chaque jour à ces deux hommes, si nous mobilisons les forces nécessaires à l’obtention de leur liberté, nous les reverrons.  ». Il a aussi exprimé une pensée pour Antoine de Léocour et Vincent Delory, les deux Nordistes enlevés le 7 janvier au Niger et assassinés quelques heures plus tard.

« discours à la jeunesse »

Nicole Roelens, conseillère déléguée à l’enfance dans la ville, a fait un rapprochement entre la détention des deux otages et les révoltes actuelles au Proche-Orient : « Depuis quelques semaines [...], des peuples cherchent à prendre le pas sur des fanatismes obscurs, ils cherchent à se libérer du joug de grandes familles qui les maintenaient par la terreur. Les deux journalistes de France 3 paient lourdement cette quête de la vérité. »

Aux élèves présents, elle a cité des extraits du « discours à la jeunesse » prononcé par Jean Jaurès en 1903 à Albi pour plaider en faveur d’une « paix durable entre les nations, de paix définitive » : « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains, aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. L’Humanité est maudite si, pour faire preuve de courage, elle est condamnée à tuer éternellement. »

SC

Gérard Vignoble, Maire de Wasquehal et Nicole Roelens, conseillère déléguée à l’enfance dans la ville

 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE