Après sa lettre au frère du président,
Hichem Aboud s’explique au Club de la presse

Une semaine après la publication d’une lettre que Hichem Aboud avait adressée à Saïd Bouteflika, le frère du président algérien, le journaliste est venu s’expliquer devant la caméra des « Mardis de l’Info » du Club de la presse. Dans ce courrier, qui ne devait pas être rendu public, Hichem Aboud accuse Saïd Bouteflika d’être impliqué dans de grosses affaires de corruption (Sonatrah, autoroute Est-Ouest, Philipp Morris, etc).

«  J’ai écris ce courrier afin de vérifier des informations dans le cadre d’un livre que je prépare pour la rentrée de septembre », explique le journaliste. Saïd Bouteflika, que les termes de cette lettre ne ménagent pas, n’a pas apprécié et l’a faite publier dans le journal électronique TSA (Tout sur l’Algérie), se réservant la possibilité de poursuivre son auteur.

Dans l’interview qu’il a accordée au Club de la presse du Nord – Pas de Calais, Hichem Aboud se montre serein et réfute l’idée qu’il roulerait pour un clan, celui du général Mohamed Mediène, dit Toufik, directeur du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), contre le clan du président. Pour lui, c’est le clan Bouteflika qui se comporte en agresseur. Un quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, ou un candidat qui lui serait proche, préserverait ses membres contre les attaques et poursuites pour corruption. A quelques semaines de l’élection présidentielle, le climat s’alourdit, tandis que l’ex ministre Mouloud Hamrouche sort du bois.

Hichem Aboud, que nous avions reçu au Club le 22 janvier dans le cadre des Mardis de l’Info, vit en France depuis la suspension de ses journaux en Algérie.

Ph A


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE