Un Noël du Club réussi au profit de l’AJS Dunkerque

Avec environ 200 participants mardi 5 décembre, la soirée Noël du Club 2006 a été un succès. Les bénéfices réalisés à cette occasion seront reversés à l’association dunkerquoise AJS, pour son action « Parole de femmes ». Sa directrice, Ourdia Mezine, a eu l’occasion de présenter les missions que s’est fixées l’association, à destination des femmes, en particularité d’origine étrangère.

photos : Soizic BARON

« Vous venez de nous donner les moyens de continuer notre périple. » Ourdia Mezine, directrice de l’association dunkerquoise AJS Le bon emploi de la solidarité, était ravie mardi 5 décembre devant le monde venu assister à la soirée de Noël du Club de la presse. L’événement a eu lieu à l’hôtel Crowne Plaza (Lille). Chaque année, le Noël du Club permet de mettre en avant une association ou une de ses actions. Tout d’abord en portant à la connaissance des médias régionaux l’existence et l’activité de l’association en question. Cette année, la rencontre avec la presse a eu lieu à Dunkerque, le 28 novembre. Et le prochain rendez-vous est d’ores et déjà fixé au 18 décembre, à 19h, avec la remise du chèque à l’association. Car le deuxième coup de pouce offert par le Noël du Club est financier, grâce aux bénéfices dégagés par la soirée et à une participation supplémentaire apportée par plusieurs donateurs.

Fondée en 1985, l’AJS avait « pour première mission de venir en aide à tout public en grande difficulté, principalement des femmes et majoritairement d’origine étrangère », explique Ourdia Mezine. L’association a été créée avec pour objectif « d’être présente sur le terrain ». Parmi les premières actions, figuraient « une aide alimentaire », ainsi que les moyens de « retrouver sa dignité » : « passer du temps, échanger, discuter… », développe la directrice. « Il y a trois ans, nous avons voulu sortir des sentiers battus, poursuit-elle. J’étais frappée par ces femmes marquées par le sort » : difficultés matérielles pour vivre au quotidien, se loger… L’autre constat étant que « beaucoup de personnes parlent en notre nom », l’association a décidé de donner les moyens à ces femmes de prendre elles-mêmes la parole.

Plusieurs représentantes de l’AJS, qui avaient fait la route depuis Dunkerque.

Favoriser l’expression du vote

Cette préoccupation passe notamment par la participation à la vie citoyenne par le vote. « Quand on est vraiment en bas, […] être un électeur c’est très difficile », insiste Ourdia Mezine. Pourtant, « le vote, il n’y a rien de plus important ». Mais, « pour ce public, ce n’est pas une démarche habituelle », faute d’avoir en main « tous les éléments ». Le chèque qui sera remis le 18 décembre à l’association permettra ainsi, peut-être, d’organiser une visite à l’Assemblée Nationale, un moyen comme un autre d’aller à la rencontre des élus. Mais, depuis un an, l’action « Parole de femmes » se traduit concrètement par l’organisation de débats publics. Parmi les thèmes abordés récemment : « Quel parcours de vie pour les femmes issues de l’immigration, à travers plusieurs exemples » ; « Les mariages forcés de la République » ; « Quelle France plurielle dans l’espace laïque ? », « Une école pour vivre ensemble » ; « Les femmes et la précarisation du travail »… Ourdia Mezine le reconnaît bien volontiers : il faut parfois faire preuve de beaucoup de persuasion pour que les femmes assistent à ces rencontres et plus encore pour qu’elles franchissent le pas de la prise de parole.

L’AJS bénéficie de l’accompagnement régulier de l’Agence nationale de cohésion sociale pour l’égalité des chances (Ancsec), de la commission européenne, de la communauté urbaine de Dunkerque (Dunkerque Grand Littoral) et de la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité. Présente lors de la soirée du 5 décembre, Khalida Sellali, la déléguée régionale, a donc profité de l’occasion pour dire quelques mots. « Notre mission principale est de promouvoir la place des femmes dans la société et l’égalité entre hommes et femmes, résume-t-elle. […] Force est de constater que dans les faits des inégalités sont persistantes ». Et de citer la sur-représentation des femmes dans le chômage, la précarité, les violences dans le couple… Autant de problèmes sur lesquels l’AJS, à son modeste niveau, apporte une réflexion.

Environ 200 personnes ont assisté à la soirée. Ici, pendant le discours de la directrice de l’AJS.

Voir le dossier de presse

Voir la galerie de photos de la soirée

Voir la liste des partenaires du Noël


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche son, sa chargé.e de communication pour un contrat à durée déterminée (temps partiel) à pourvoir immédiatement.