BFM, L’Equipe, Le Parisien, BeIn Sport, Grazia... Les plans sociaux s’accumulent

, par communication@clubdelapressenpdc.fr

Déjà affaiblis par une longue crise structurelle, les médias subissent les conséquences économiques de la crise conjoncturelle du Covid-19. De nombreux postes de journalistes vont être supprimés.

Fortement touchés par une crise structurelle, les conséquences économiques du confinement se font douloureusement ressentir chez les grands médias français. Les plans sociaux et les réorganisations s’y succèdent. Du Parisien à L’Equipe en passant par BFM TV, BeIN sport, Grazia, Paris-Normandie, Le Nouveau Magazine littéraire ou encore Paris Turf.

Des suppressions de postes ont ainsi été annoncées chez BFM-TV et RMC. NextRadioTV, filiale du groupe Altice (SFR), prévoit de supprimer jusqu’à 380 CDI en raison d’un écroulement des recettes publicitaires (soit 29 % des effectifs totaux qui comptent 1 280 personnes). A ce chiffre s’ajoutera la suppression de 50 % des pigistes et intermittents (qui touchera entre 120 et 200 personnes).

De nombreuses suppressions de postes

La direction de l’Equipe va pour sa part négocier un accord prévoyant une baisse annuelle des salaires de l’ordre de 10% et une baisse du nombre de RTT (de 22 à 6). Les salariés du quotidien sportif ont fait part collectivement de leur refus.

De son côté, Le Parisien va réorganiser sa rédaction en abandonnant ses neuf éditions départementales. Ce plan vise le départ de 30 journalistes sur 435. La chaîne BeIN Sports France a quant à elle ouvert un plan social à la suite de la perte de la Ligue 1 à partir de la saison prochaine. Douze postes en CDI sont concernés et huit CDD ne seront pas renouvelés.

Enfin, alors que Grazia ne reparaîtra plus sous forme hebdomadaire, le groupe Reworld Media Magazines (Marie France, Modes et Travaux, Auto Moto, etc.) prévoit de supprimer 31 postes, dont 16 licenciements pour le magazine, sans compter les pigistes et les prestataires extérieurs.

M.P


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE