Les lauréats des Grands Prix du Club 2016

, par Club de la presse hdf

Grand Prix Jeune Journaliste Presse écrite locale

David Courbet

Son article : « De l’identification à l’inhumation, le délicat travail lors des décès de migrants à Calais » diffusé par l’AFP

Le sujet des migrants est souvent traité de manière impersonnelle. L’article de David Courbet est le premier a s’intéresser à l’identification des personnes décédées en tentant de se rendre en Angleterre et au devenir de ces corps dont certains resteront anonymes. Il nous emmène à la rencontre de toutes les personnes qui font ce travail difficile et pourtant nécessaire pour leur rendre un peu de l’humanité que leur quête leur a fait perdre : identification, autopsie, rapatriement ou inhumation sur le sol français, accompagnement psychologique des proches...

L’avis du jury
Difficile de faire original dans le cadre d’une dépêche d’agence. L’ exercice donne un cadre un peu rigide et pourtant, l’article de David Courbet offre à la fois un angle nouveau et une vraie qualité d’écriture. Sur un sujet lourd et maintes fois traité, il réussit néanmoins à sortir des sentiers battus et à nous apprendre beaucoup de choses. On sent qu’il y a eu un important travail de recherche et des contacts sur le terrain pour apporter des points de vues variés et amener toutes ces informations complémentaires qui font que le lecteur est captivé jusqu’au bout.

Son parcours
David Courbet s’est formé au journalisme au sein du CELSA à Paris. Il est journaliste à l’Agence France Presse depuis 2012. Après des passages dans différents services parisiens (Social, Politique, Sports, Web...), il a intégré en 2014 le bureau de l’agence à Genève, situé au cœur du bâtiment de l’ONU. Le quotidien y est marqué par les crises géopolitiques et surtout les conséquences des guerres au Moyen-Orient avec le début de la problématique migratoire. Thématique qui l’a suivie à l’antenne lilloise de l’agence, ou il arrive à l’été 2015, qui s’est beaucoup focalisée sur Calais et sa "Jungle", embouchure de la question migratoire.

Télécharger l’article

Heineken Entreprises – Partenaire du Grand prix jeune journaliste presse écrite locale


Grand Prix Dessin de Presse

Babouse

Son dessin : « Les jeunes découvrent la démocratie » diffusé par Liberté Hebdo

Avril 2016, les manifestations contre la loi El Khomri battent leur plein à travers la France. Contre la nouvelle loi « Travail » une mobilisation large défile dans les rues où le climat sécuritaire est propice aux débordements et à une action « musclée » des forces de l’ordre. Pour les plus jeunes manifestants c’est le baptême non pas du feu, mais du lacrimo. Babouse résume ce dur apprentissage avec humour.

L’avis du jury
Le dessin de Babouse nous as plu car il propose plusieurs niveaux de lecture. On peut s’arrêter sur le dessin qui est à la fois drôle et très proche de la réalité du terrain. Le texte offre quant à lui plusieurs degrés de compréhension, tour à tour amusant, décalé et désabusé. En quelques traits, le dessinateur réussit à en dire beaucoup et c’est ce qui en fait un très bon dessin de presse.

Son parcours
Les premiers dessins d’actualité de Babouse lui ont été inspirés par les manifestations contre la loi Devaquet en 1986. Convaincu de sa vocation de dessinateur, il collabore à de nombreuses publications non-professionnelles dès ses 18 ans. Deux rencontres, le Professeur Choron et le dessinateur Faujour, ont eu une importance certaine sur son trait et ses idées. En 1997, il intègre les rédactions de Psikopat et de l’Humanité avant d’atteindre son « Graal » en 2004 avec une première publication dans Charlie Hebdo.
Parmi ses nombreuses collaborations, on compte : Fluide Glacial, Liberté-Hebdo, Spirou, Mon Quotidien, Hara-Kiri, Amnesty International, Sciences et vie junior, France 3 Nord/Pas-de-Calais, L’écho des savanes....

Groupe Humanis – Partenaire du Grand prix du dessin de presse


Grand Prix du Reportage

Myriam Schelcher

Son reportage « Femmes migrantes l’exil invisible » diffusé par France 3

Comme David Courbet, lauréat du Grand prix Jeune Journaliste, Myriam Schelcher a cherché à relater la réalité du quotidien des migrants, au delà des chiffres repris dans la plupart des articles et reportages. Parmi ces réalités jamais évoquées, celle des femmes isolées, venues seules ou dont le mari n’est plus là, partis ou décédés. Comment font-elles pour affronter un quotidien d’une incroyable dureté qui ne fait aucun cadeau au plus faible ? Le reportage nous montre cette réalité, les difficultés au quotidien pour s’occuper des enfants, être en sécurité, gérer une grossesse, la présence des passeurs, les associations présentes... Une prise de conscience nécessaire.

L’avis du jury
Pas facile de travailler en terrain hostile, sous pression. Myriam Schelcher a fait un choix courageux en choisissant un angle inédit pour parler des migrants : celui des femmes isolées. Et cela lui permet, alors que le sujet a été traité des centaines de fois, de livrer un reportage touchant, qui capte l’attention tout en donnant beaucoup d’informations. Malgré quelques erreurs de montage et d’images d’illustration non déclarées comme telles, iI y a un investissement personnel indéniable et aussi une prise de risque pour rencontrer tous ces témoins sur place. Un vrai travail de reportage à saluer !

Son parcours
Diplômée du CUEJ en 1997, Myriam Schelcher travaille à la rédaction de France3 Nord Pas-de-Calais depuis 2000. Avec la double casquette de journaliste-rédactrice et JRI, elle travaille pour les éditions d’information régionale et le magazine "Enquête de régions", diffusé sur les antennes de France 3 Nord Pas-de-Calais et France 3 Picardie.
Portée par la nécessité de témoigner des conditions de vie des migrants, de la réalité des camps et d’humaniser tous les faits divers qui les impliquent, elle a réalisé plusieurs reportages sur le sujet.

Banque Populaire – Partenaire du Grand prix du reportage


Grand Prix de l’Enquête

Geoffroy de Saint Gilles

Son enquête « Pourquoi la Gontière a besoin de polonaises & On est venu nous chercher parce que nous sommes courageuses » diffusée par La Voix du Nord

Pourquoi certains gîtes du secteur de Comines sont-ils occupés exclusivement par des polonaises ? Pourquoi l’un des plus gros employeurs du secteur, qui compte 15 % de chômage, emploie-t-il ces femmes ? C’est le sujet de cette enquête de proximité, qui explique comment La Ferme de la Gontière fait venir de la main d’œuvre étrangère pour ramasser ses champignons. Une pratique tout à fait légale car le salaire est le même pour tous les employés, mais qui pose beaucoup de questions.

L’avis du jury
Voilà une belle enquête de presse locale ! D’un sujet trouvé au coin de la rue, Geoffroy de Saint Gilles réussi à tirer un papier surprenant, très instructif et un très beau récit. Une de ses forces est d’avoir une ouverture bien plus large que ce que son point de départ pouvait laissait penser. A travers l’histoire de ces travailleuses polonaises, c’est tout le débat sur les travailleurs détachés qui prend une tournure bien réelle. En prime le journaliste donne un aperçu des coulisses de la réalisation d’une enquête, comment on trouve un sujet, comment le développe, c’est original et très bien écrit.

Son parcours
Journaliste depuis 2006, Geoffroy de Saint Gilles est passé par les rédactions du
Courrier de l’Ouest, de Paris Normandie, de la Nouvelle république du Centre Ouest,
de l’Indépendant à Saint-Omer et de la Manche Libre avant d’entrer à la Voix du Nord en 2008, à l’agence de Tourcoing. Depuis un an et demi, il y occupe le poste d’adjoint au chef d’agence

Télécharger l’article (partie 1)
Télécharger l’article (partie 2)

Crédit Agricole Nord de France - Partenaire du Grand Prix de l’enquête


Télécharger le dossier de presse des Grands Prix 2016

 

 

Les offres d'emplois Sélectioner un onglet


 

La Vie du Club

A la découverte des rédactions de la région avec le Club de la presse


Comment comprendre le quotidien des journalistes et l’évolution des médias de la région ? Pour répondre à cette question, le Club de la presse Hauts-de-France a lancé depuis le début de l’année un cycle de visites des rédactions de la région réservé à ses adhérents. Une nouvelle proposition qui permet d’aller à la rencontre des journalistes dans leurs rédactions, là où se fait l’information. Ligne éditoriale, choix des sujets, organisation de la rédaction, projets et développement des titres, c’est l’occasion pour les adhérents d’un échange direct avec les professionnels des médias, et c’est avec le Club de la presse que ça se passe.


Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour la rentrée et pour deux mois deux stagiaires en communication à plein temps


MISSION COMMUNICATION
Participation à la rédaction d’article sur le site Internet
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des concours ( Grands Prix du Club de la presse )
Participation à l’organisation des événements (Médialab...)
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux


Pourquoi adhérer au Club de la presse ?


Le Club de la presse a changé sa façon de gérer les renouvellements d’adhésions qui se feront désormais à date fixe au mois de juin. Donc, si votre dernier paiement date de 2015, il est temps de renouveler votre adhésion (dont le tarif n’a pas changé).

Pour le Club de la presse, chaque adhésion est importante pour mener à bien tous ses projets d’animation de la filière professionnelle et de sensibilisation aux médias grand public. Pour ses adhérents, le Club de la Presse a imaginé un service exclusif résumé en 12 raisons d’adhérer au Club. Pourquoi adhérer au Club de la presse Nord-Pas-de-Calais ?