Les perspectives et enjeux de la DAB+ pour la Radio RCF

, par Faouzia

Dans le cadre son cycle de rencontres, le Club de la Presse Hauts-de-France a invité ce vendredi 7 février Arnaud Dernoncourt, directeur ainsi que Élise Le Mer, rédactrice en chef de RCF Hauts-de-France (Radio Chrétienne Française) à venir nous parler de la DAB+, nouvelle façon d’écouter la radio, ses enjeux et ses perspectives.

La RCF Hauts-de-France est l’une des 64 radios associatives locales du réseau RCF présentes en France et en Belgique depuis les années 80. Installée au cœur du Vieux-Lille, cette radio est principalement financée par les dons des auditeurs ou des mécènes. Arnaud Dernoncourt nous éclaire un peu plus sur le choix de diffuser peu de publicités « D’un côté on aimerait en avoir davantage […], mais d’un autre c’est aussi ce qu’apprécient nos auditeurs ». Pour faire fonctionner la RCF Hauts-de-France, les 6 salariés peuvent compter sur plus de 70 bénévoles qui contribuent chaque jour aussi bien à l’antenne qu’à l’administration.

À l’antenne justement, la journée est rythmée entre 20h de programme national, et 4h de programme local. La RCF Hauts-de-France occupe alors quelques inserts dans la matinée, suivie d’une émission de 11h à 12h30 et pour finir sur une autre de 18h à 20h30.
Suivie par près de 40 000 auditeurs (soit 4% d’audiences), cette radio diffuse du programme aussi bien généraliste que religieux. Arnaud Dernoncourt nous explique alors que leurs enjeux sont d’être ouvert sur le monde, sans se restreindre sur leur cibles. Il nous explique avoir été étonné après avoir vu le sondage Médiamétrie qui montre qu’un auditeur sur deux ne serait pas chrétien pratiquant voir pas du tout croyant.

Pour pouvoir évoluer davantage, la RCF s’est dotée d’une nouvelle façon de diffuser : la DAB+

La DAB+ (Digital Audio Broadcasting) est une nouvelle technologie de transmission de la radio numérique terrestre, c’est-à-dire qu’elle diffuse un flux audio numérique, contrairement à la FM qui diffuse en analogique.

Selon Arnaud Dernoncourt, ce serait une évolution numérique au même titre que la télévision regardée autrefois en analogique qui est maintenant regardée en numérique. On peut y trouver de nombreux avantages comme la meilleure qualité du son, le fait de pouvoir envoyer des données par ces ondes (nom de l’émission, photo de l’animateur…), elle permet aussi aux nouvelles radios de pouvoir voir le jour, impossible aujourd’hui à cause de la bande FM saturée.
À ce jour, cette nouvelle technologie, déjà exclusivement présente en Norvège par exemple, commence à se déployer en France et, d’ici 2022, l’ensemble des Hauts-de-France sera couvert ainsi que 70% de la France Métropolitaine. Pour garantir cette évolution, dès cet été, toutes voitures qui sortiront des usines devront être munies d’un récepteur DAB+.

S.L


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE



Le Club de la presse Hauts-de-France recherche son, sa chargé.e de communication pour un contrat à durée déterminée (temps partiel) à pourvoir immédiatement.