Billet d’humeur

Punie comme au lycée

En 34 ans de métier, pour moi c’est une première ! J’ai été interdite de conférence de presse pour 10 minutes de retard. Martine Aubry a réservé ses annonces sur les tarifs TGV (aller-retour Paris-Lille à 20 euros le samedi) aux happy few entrés dans son bureau à 10h29 ce matin. Nous sommes une demi-douzaine à nous être retrouvés derrière la porte, dans le couloir. Invités par mail à 8h21, nous avons été punis pour notre manque de ponctualité. Comme au lycée.

La Gazette des Communes qui m’avait envoyé sur ce coup là aurait quand même pu espérer qu’après toutes ces années de bons et loyaux et services pour les Echos, La Cote Desfossés, L’Usine Nouvelle, Le Moniteur et quelques sites internet (www.cadredeville.com ; www.fait-religieux.com) je sache me débrouiller pour assister à une conférence de presse à laquelle j’étais dûment invitée.
Mais voilà Martine Aubry s’était installée dans son bureau. Bonne nouvelle pour les contribuables de LMCU : il n’a rien de somptuaire ! Mauvaise nouvelle pour les journalistes on ne peut pas s’y glisser in extremis.
On aurait pu espérer que pour un sujet aussi grand public et polémique que les tarifs TGV Paris-Lille, il y ait dans les locaux de LMCU une salle adéquate pour accueillir beaucoup de journalistes, prévenus à la dernière minute.

Je tiens ici à manifester ma reconnaissance à tous ces patrons français ou étrangers, syndicalistes, banquiers, universitaires, ministres, élus ou fonctionnaires (français ou européens) et à leurs équipes de communication qui m’ont invitée depuis octobre 1979 à des conférences de presse en sachant s’organiser pour m’accueillir, même quand j’étais en retard. Avec un coup de chapeau particulier à tous ceux qui ont accepté qu’on s’entasse (plus ou moins joyeusement) quand ils étaient surpris par l’affluence et ont parfois du répéter avec patience une partie de leur topo.

Je découvre rétrospectivement la chance que j’ai eu !

Alix de Vogüé
Carte de presse : 46178


 

 

 

La Vie du Club

ESPACE PRESSE